Archiver

Le serveur de conservation numérique de la BDIC abrite à ce jour plus de 30 To de données, chiffre ne cessant de progresser au fur et à mesure des campagnes de numérisation - notamment de l'audiovisuel - menées par l'établissement.

La BDIC a mis en oeuvre un certain nombre de mesures pour assurer au mieux la pérennite de ces données. 

En premier lieu, la préservation des fichiers numérisés par la BDIC  repose sur plusieurs présupposés techniques, à commencer par une vigilance accordée aux formats de numérisation, reposant sur des normes et non des formats propriétaires parfaitement documentés, et sur des métadonnées techniques permettant de renseigne les conditions techniques de la numérisation (formats, matériels utilisés, compressions éventuels, dates de numérisation) associés à un plan de nommage permettant d'identifier sans équivoque les fichiers produits entre eux.

 

En second lieu, les données numériques sont préservées en l'état sur un serveur offrant des garanties d'étanchéité et de maintenance. Ce serveur de conservation, accessible sur authentification à un nombre limité d'agents, est distinct du serveur de diffusion des fichiers qui abrite l'Argonnaute. 

 

Ces mesures n'assurent toutefois qu'un premier niveau de sécurité des données, mais n'offrent pas de garantie dans le temps face à l'obsolescence des formats. 

La BDIC réfléchit donc à la mise en place de procédures d'archivage pérenne et étudie la possibilité de recourir à des partenaires publics ou privés. Cette réflexion s'accompagnera en outre de choix sur les fichiers qui bénéficieront de cet archivage pérenne.

Notes de bas de page